cabinet
CABINET D'ORTHODONTIE
Dr Ludovic SCHNEIDER
Page d'accueilPlan du siteAjouter aux FavorisImprimerEnvoyer à un ami
 

Impact de la succion du pouce sur l’ensemble bucco-dentaire

 

Une succion du pouce prolongée peut avoir un certain nombre de conséquences sur le développement de la mâchoire et des dents, ainsi que sur des fonctions telles que la déglutition, l’élocution…

Le réflexe de succion est physiologique et déjà présent avant la naissance. Il est indispensable pour le développement du petit enfant.

Mais la succion dans la durée du pouce, de la tétine ou l’utilisation prolongée du biberon, font mauvais ménage avec une bonne évolution dentaire.

La succion persistante fait perdurer ce que l’on appelle une déglutition infantile : la langue adopte une position incorrecte, trop basse, au repos comme lors de la déglutition de la salive (2000 fois par jour en moyenne). Elle s’interpose en avant entre les dents du haut et celles du bas, ou vient pousser sur les incisives au lieu de monter s’appuyer au palais pour exercer une pression latérale nécessaire au développement transversal des mâchoires.

La mandibule (mâchoire inférieure) est alors sous-développée de même que le maxillaire supérieur. Les dents du haut se trouvent projetées en avant et la lèvre inférieure tend à se positionner entre les deux arcades dentaires donnant à l’enfant une physionomie particulière (dents de lapin).

On le voit, la succion intense mène à un déséquilibre des forces musculaires.

Or c’est l’équilibre des forces musculaires de la zone orale (lèvres et langue), qui permet l’évolution équilibrée des maxillaires et un bon positionnement des dents.

 

Succion du pouce et orthodontie

Si votre enfant a sucé son pouce tardivement, ou s’il le suce encore, nous pourrons intervenir pour l’aider à quitter cette habitude et voir si un traitement orthodontique est nécessaire.

En effet les traitements orthodontiques sont pratiqués maintenant plus tôt, avec des appareils spécifiques, simples et sur des durées courtes. Cela permet souvent d’éviter des soins plus lourds à l’adolescence. Bien sûr tous les enfants ne nécessitent pas d’intervention précoce.

 
Vign_images
 
Vign_images_1_
 

La succion du pouce, de la tétine ou de la langue : faut-il intervenir ?

Le nouveau-né puis le nourrisson éprouvent le besoin inné, instinctif de téter, de sucer, et ceci pas seulement pour se nourrir. En dehors des tétées et de toute sensation de faim, bébé s’agite, trouve ses doigts ou cherche autour de lui quelque chose à suçoter, puis s’apaise.

On distingue la succion nutritive (sein, biberon) et la succion non-nutritive (pouce, tétine, doudou).

Par ailleurs la période d’éruption des dents s’accompagne d’un fort besoin de sucer et de mordiller.

La succion est une nécessité et une source d’intenses satisfactions.

 

Pouce ou tétine ?

Depuis une bonne dizaine d’années l’usage de la tétine est en recrudescence.

Mais son utilisation peut être plus nocive que celle du pouce. En effet elle demande un effort de succion plus intense. La peur de la perdre, si elle tombe, fait que l’enfant s’y accroche d’autant plus.

Par ailleurs la tétine est un objet « valorisé » puisque donné par sa mère.

Souvent l’enfant qui suce son pouce ou son doigt ne fait que le caresser de la langue. C’est ce que l’on observe lorsque dans son sommeil, il le laisse tomber.

Sentir qu’il peut retrouver son pouce comme il le veut lui permet de l’abandonner plus facilement.

N.B. L’on constate une utilisation inappropriée du mot orthodontique en parlant des tétines. Une tétine ne traite pas les dents, ne les redresse pas. Elle n’a de valeur ni « physiologique » ni « orthodontique ».


Quand la succion « nécessité » se prolonge en succion « habitude », comment intervenir ?

L’âge conseillé pour lui faire perdre cette habitude se situe autour de 2/3 ans. L’enfant développe alors ses champs d’intérêt et d’investigation. Il marche, s’exprime, a des contacts avec d’autres enfants, entre à l’école.

Jusqu’à 4 ou 5 ans, il peut être admis de sucer son pouce. Au-delà, il est souhaitable de commencer à en parler avec l’enfant.

Indépendamment d’impact éventuel sur les dents, pouce ou tétine gênent la route de la communication : l’on ne peut pas parler la bouche pleine !

Quelques éléments clés pour l’accompagner :


  • Choisir une période favorable en évitant les moments de changements familiaux
  • Prévoir une période de préparation et d’information : pas d’interdiction brusque
  • Présenter l’arrêt de la succion comme une avancée, une « promotion ». Projeter l’enfant dans l’avenir
  • Substituer un autre plaisir à celui de sucer son pouce (lui lire une histoire...)
  • Etre vigilant lorsqu’il suce son pouce parce qu’il est désœuvré, ou si vous constatez un lien automatique (télévision/pouce...)
  • Encourager les efforts et souligner les réussites


 

Dr SCHNEIDER Ludovic Orthodontiste - Dr GRAGNIC Mireille orthodontiste - Espace France Europe - Z.I. TOULON EST -

1328 chemin de la Planquette - 83130 LA GARDE - 04.94.14.34.83

 

 " La Ventilation et orthodontie "

 

" La déglutition et orthodontie "

 

" La Posture et orthodontie "

 

" La mastication et orthodontie "

© 2017
ortho